Mots-clefs

, , , ,

image

J’avais envie de parler de la liberté parce que beaucoup de gens prennent la voie de la spiritualité dans l’espoir de trouver la liberté, le bonheur ou la paix interieure.

La libertée ou comment se libérer de nos blessures et nos chaines est plus souvent une question de choix que de spiritualité. Simplement parce qu’il y a plusieurs options sur la réaction à avoir!

On peut décider que nous serons la victime ou le bourreau en réaction. Comme lors d’intimidation, on peut décider de devenir le bourreau après avoir été la victime. Et même quand dans une situation X l’on joue la victime, l’on est toujours le bourreau de quelqu’un. L’on peut avoir été mal aimé par un ex, mais est-ce une raison pour traiter toutes les femmes ou hommes commes des merdes? En faisant cela on ne devient rien d’autre qu’un bourreau. Il est toujours plus lucratif pour soi de s’asseoir avec la personne ayant été notre propre bourreau pour mieux comprendre au fond. Etre la victime pèse sur le coeur en élargissant et creusant la blessure pendant qu’être le bourreau culpabilise.

Il y a aussi la révolte comme réaction. On peut aussi décider que tout ça n’a jamais existé. Tous ces événéments traumatisants ne sont pas arrivés dans notre vie. Non, parce qu’il nous ont blessés donc vaut mieux ne pas regarder la blesure et elle guérira toute seule non? Et bien non, malheureusement. Si l’on fait l’autruche la vie frappera plus fort simplement.

On peut se battre aussi, sortir les armes et rendre coup pour coup, avec énergie. Se battre contre l’injustice, contre l’intimidation etc. Utiliser les luttes symboliques comme étandard pour se protéger. On se dit que si, nous on aide les autres, alors on a eu ce que nous on a jamais eu, mais qu’on a toujours cherché: de l’aide. Mais l’on dit toujours: aide toi toi même et la vie t’aidera à son tour. Ce n’est pas en se fendant pour les autres que nos blessures se guériront ni que les chaines partiront de nos pieds. Malheureusement c’est une question d’équilibre, on peut aider une personne à grimper plus haut sur une montagne que si on a monté une montagne nous même.

Après on peut aussi décider qu’on accepte et qu’on apprend à s’aimer malgré mais surtout avec la trace que les épreuves ont laissées en nous.

Etre réellement à l’écoute de soi sans trop d’illusions, bien entendu, commence par l’acceptation de qui nous sommes. Sans cela les illusions se batissent en nous, l’une après l’autre, formant un magnifique chateau de carte. Mais est-il solide ce chateau face aux intempéries de la vie?

S’aimer est et restera toujours la meilleure solution pour avoir de bonne fondation pour mieux se relever dans la vie au final. Car cela nous permet de monter la montagne ou surmonter l’épreuve pour ensuite tendre la main au voisin.

C’est certain que je n’ai fait qu’un bien maigre résumé des réactions possible que l’on peut avoir. Mais je m’inspire toujours de mes propres expériences et j’avoue, je les ai toutes 5 essayées. Je vous avoue que j’ai eu plus de succès avec la dernière. M’aimer a changé ma vie littéralement. J’ai peut-être moins d’amis, mais ce sont des vrais amis et des amis honnêtes, qui disent les vrais choses.

Je peux enfin dire que mon bonheur ne dépend de personne et je ressens de moins en moins le poids de chaines ou de la lassitude à monter une marche dans l’escalier de la vie.

CassandreAlexa

Publicités