Je pense que chacun a sa propre rage ou colère et chacun la gère différemment. Pour certains d’entre nous, tel que moi, elle est difficile à gérer et à exprimer. Peobablement, car nous n’avons jamais été dans un environnement suffisamment ouvert pour que nous nous sentions à l’aise d’en parler. Certains parce qu’ils ne sont pas bien dans leur milieu familial, d’autres et tel est mon cas, ont vécu une réalité très différente de celle des parents et autre membre plus ou moins eloignés de la famille. Il y a, au final, plein de raisons. L’important est de comprendre que tout ce que nous cherchons est une connection et ce pour tout le monde. Mais peut-être plus despéremment pour les gens ayant manqué de l’espace où s’exprimer. Et c’est principalement ma quête à ce moment-ci de ma vie, où je réalise qu’il est temps de faire la paix et d’accepter cette rage en moi. Je comprends aujourd’hui que j’ai plus que tout besoin d’une personne auprès de moi, avec qui partager l’Amour, capable de comprendre cette réalitée que je vis. Comment parles-t’on que l’on ressent l’énergie, les auras, les gens, lettres et nombres en couleur? Commemt communiquer le subtil changement dans l’énergie d’une relation que l’on vient de sentir? Comment explique-t’on que chaque personne à sa propre lumière intérieure en soi et qu’il faut en prendre soin? Et tout cela à une personne ne le vivant pas? Probablement, elle sera capable d’accepter, de ne pas juger peut être, mais de croire à cela? C’est souvent beaucoup demander cela. Personne ne demande, pourtant, de réellement comprendre cette réalitée, car chaque réalitée est différente lorsque perçue par 2 personnes différentes. Juste d’essayer de rassurer, de soutenir, d’être là, face à cette réalitée parfois beaucoup trop directe et translucide, d’autre fois irréelle ou souffrante. Le manque d’ouverture des gens est parfois très dur à soutenir seule…

Ce sont ses dons ou capacitées à ressentir tout cela, qui au secondaire, me tenaient à l’écart. Aujourd’hui, la tristesse de l’isolement, l’épuisement de s’être contrainte à tord ou à raison de se taire à eu raison de moi. Cette rage autrefois contenu cherche de plus en plus un exutoire et moi de plus en plus je recherche l’isolement dans la course ou la nature. Parce qu’au vent, à l’eau, au feu et à la terre l’on peut tout confier sans être jugé. Mais cela n’aide pas à trouver cette espace pour m’exprimer et laisser aller cette rage sans tout détruire physiquement, émotionnellement ou même des relations amicales ou amoureuse…

Advertisements