Étiquettes

,

 

Cela fait bien longtemps que je n’ai pas partagé de méditation en fait! Aujourd’hui j’avais envie de présenter la méditation de la pleine conscience, celle que je pratique en somme. Mais ayant récemment acquis une revue qui parlais de plusieurs type de méditation je vais surement en partager plusieurs autres genre afin de donner un meilleur aperçu de la méditation et à quel point c’est large.

J’ai commencé la méditation de la pleine conscience il y a bien longtemps, tout simplement parce que dans un livre du Dalaï-Lama que j’ai lu au secondaire, c’était ce qu’il conseillait contre les insomnies. J’en faisais énormément et finissais toujours par lire dans ces moments là! Combien de fois ma mère c’est elle levée pour aller au toilette à 4h du matin pour réaliser que ma lumière était allumée, car j’étais à lire n’arrivant pas à dormir! Il est vrai cependant que parfois j’oubliais simplement de me coucher tellement mon livre était passionnant puisque, adorant lire depuis que je suis enfant, il y avait des livres que je ne pouvais pas lâcher avant la fin! Mais tout le monde tombe sur un livre de ce genre dans sa vie non?

Toujours est-il que le Dalaï-Lama prescrivait cette méditation pour s’endormir et cela fonctionnait pour moi! Je ne me souviens plus c’était dans quel livre cependant, car je ne suis pas une grande fan des écrits de cet homme. Je le trouve impressionnant de par ces actions, mais ses écrits me semble un trop explicatif et pas assez pratique. Il y a donc trop de texte et pas assez d’exercice de méditation dans ses livres ou du moins dans ceux que j’ai lu!

Mais pour en revenir à notre joli petit mouton de la méditation pleine conscience, je vais donc vous décrire comment faire cette méditation.

La méditation de la pleine conscience possède un mot clé: l’acceptation. Vous me direz que tous les types de méditation en revienne à ça. Et je répondrai que ben oui c’est le cas n’est-ce pas? Par contre pas toute les méditations laisse le mental tourner naturellement durant la méditation sans chercher à l’interrompe. Pourquoi? Parce que l’instant passé où le mental était calme, vous ne pourrez pas y retourner, c’est passé, cet instant est terminer. Alors pourquoi ne pas tout simplement l’accepter?

Alors voici comment procéder:

Prenez une inspiration au maximum de vos capacitées, en vous disant, si cela vous aide, inspire puis expire lors de l’expiration. Personnellement je préfère pensée «in and out», je trouve que cela se pense et se dit mieux, bloquant moins ma respiration et la rendant plus fluide tout simplement. Mais en somme choissisez ce que vous préférez!

Prenez le temps de constater où sont vos tensions tout en respirant le plus naturellement possible en longue inspiration et expiration. Lorsque vous trouvez une tension, respirez dedans. Ceci ce fait en amenant votre attention dessus et en continuant de respirer normalement. Faites-le jusqu’à ce que vous vous sentez détendu.

Si votre mental se met en activité, que vous vous mettez à pensée à vos soucis et autres, laissez aller jusqu’au bout de la réflexion, puis ramenez votre attention sur votre respiration.

Pour comparer cela à un mouvement c’est un peu comme si je prenais un ballon dans mes mains et le tenais tout contre moi, pour parfois sans m’en rendre compte, l’éloigner au bout de mes bras, le jeter par terre ou le faire rebondir, puis je le ramène contre moi. Ainsi de suite. On intériorise puis naturellement le mental trouve cela fatiguant, donc il extériose à travers les pensées pour ensuite intérioriser de nouveau. Et je crois que j’ai inventé de nouveaux mots, mais dans le doute je les laisserai là 😉

 

Publicités