Mots-clefs

, , ,

 

untitled by faerynymph

Ce matin, en allant travailler en bus j’ai vu, au travers de la fenêtre, de beaux nuages couleurs pastel. Cela m’a rappelé tous les matins que j’ai marché pour aller au travail, ce qui prenait environ 45 minutes me rendre, avec mon thé en main. Je passais mes matins à boire mon café dehors au bord de la Saint-Charles avant de me mettre en route avec mon thé dans ma tasse isolante. C’était mon moment à moi, un moment que je me réservais pour méditer tout en marchant. Il faut avouer que méditer dans un transport en commun passant sur les routes cahoteuses de la ville de Québec n’est pas toujours facile… Cela me donne l’idée de recommencer à le faire puisque cela me rendait toujours heureuse et j’arrivais de bonne humeur au travail. C’était ma thérapie a moi en somme! Et cela me gardait active, car je soupçonne ma lâcheté des derniers d’être l’origine de mon down émotionnel!!!

Par ailleurs avant-hier au soir je suis rentrée chez moi à pied, car j’avais oublié d’acheter ma passe du mois, comme d’habitude! Ce même soir j’ai fait un paquet de redécouverte par rapport à moi qui m’ont permis de mieux comprendre ce que j’ai à travailler sur moi-même. Par exemple j’avais oublié mon lien profond avec la nature et n’avais même pas réalisé les changements qui prennent place présentement dû à la transition de saison prenant place subtilement. Il y a des signes qui ne trompent pas par exemple l’odeur des feuilles sèches et de la terre légèrement humide par le tapis de feuille la recouvrant ou les arbres dénudés. Les fleurs ont changées aussi dehors maintenant les hydrangées fleurissent et tirent de plus en plus vers le rosée. Toutes ces petites choses que j’étais souvent dans les premières à remarquer dans ma famille et mes amis.

Également, un petit quelque chose, dans un article de Crystallia sur le blog  ‟ni ombre ni lumière”, par rapport à amener l’énergie à soi pour mieux la comprendre et l’analyser m’avais intriguée, étant presque sure que c’était ce que je faisais inconsciemment dans certaines situations. J’ai donc essayé de le faire consciemment ce soir-là pour me rendre compte que j’avais raison!

Par la suite, depuis quelque temps l’auteur de ce même blog, faisait référence à une énergie de guérison qu’elle avait reçue en cadeau mais refusait d’accepter. Cela m’a donc ramenée à un  vieil évènement qui m’avait permis de réaliser à l’époque quel était mon élément naturel et quel était la sagesse que j’avais à en tirer. Je me rappelle avoir eu une vision ou visite de plusieurs animaux chamaniques marins m’enseignant leur leçon essentielle et leur façon de soigner.

Étant donné que ce ne sont pas mes animaux totems de ma roue de médecine je suppose qu’il est normal que je n’aie pas perçu leur médecine en détail de ces animaux mais bien les grandes lignes seulement. Cependant il me serait surement possible de le percevoir avec le temps en fait si je le désirais et si le besoin ce ferais sentir. Je me rappelle encore aujourd’hui avoir fait le même choix que Crystallia de ne pas utiliser ces dons offerts pour soigner tout d’abord, mais au final je les ai quand même reçu et donc ils se manifestent lorsque nécessaire simplement. J’avais l’impression, moi aussi, de ne pas être assez altruiste mais avec le temps j’ai découvert que ce n’était pas la question. Car j’ai appris qu’il est possible de donner sans se sentir léser et de soigner sans se sentir épuisée par après. Tout est dans la compréhension du cheminement de la personne dans sa maladie, blessure etc. L’on ne peut soigner quelqu’un qui joue la victime, on ne peut que le soulager et encore cela nous coutera de l’énergie et possiblement fera en sorte qu’on prenne inconsciemment le karma lié à la blessure si l’on en est capable bien sûr (ce qui n’est pas mon cas, je crois, mais je connais un ami que oui).

La conclusion de tout ça est que je me sous-estime encore beaucoup en ésotérisme ce que je ne devrais pas faire, car en fait, je suis déjà rendue plus loin sur mon chemin que je veuille bien me l’avouer. La paix intérieur étant mon but je me rends de plus en plus compte que je ne suis que à un doigt d’y arriver, suffit de m’aimer et d’avoir confiance en moi encore plus. J’imagine qu’un sentiment de sécurité viendra également avec l’assurance développée avec le temps et probablement l’impression que je suis en couple avec  moi-même également. Quoique c’est de plus en plus le cas, il m’arrive même c’est dernier temps de m’écrire des poèmes de moi à moi… 😉  D’un autre coté cette promenade dehors d’avant-hier-soir m’a aussi rappelé mon lien puissant et profond avec la nature^^ 

Publicités